Guilia Andreani

Portrait de Chimamanda Ngozi Adichie par Giulia Andreani

Huile sur papier Arches.

Madame Figaro 2020

Chimamanda Ngozi Adichie, écrivaine

POURQUOI ELLE ? « ELLE M’A INSPIRÉE TOUT DE SUITE, DÈS LA LECTURE DE SON PREMIER ROMAN, L’HIBISCUS POURPRE, POUR SA RÉFLEXION AUTOUR DU RACISME ET DES RÉFLEXES COLONIALISTES. »

C’est un oiseau rare. Une star dont les livres sont traduits en trente langues.

Chimamanda Ngozi Adichie, née en 1977 au Nigeria, qu’elle a quitté à 19 ans pour étudier à Philadelphie, évoque dans ses ouvrages, avec un humour caustique, la question de la race et du racisme. Peut-on être américaine et nigériane ? Doit-on se couler totalement dans la culture américaine pour lui appartenir et oublier ses origines ? Pourquoi le mot « Afro-Américain » a-t-il été inventé ? « Est-il nécessaire d’imposer aux Africains un mot particulier alors qu’ils font tout comme tout le monde ? », s’agace-t-elle. Sa carrière littéraire trouve son apogée avec Americanah, publié en 2013. Son essai Nous sommes tous des féministes (2014) est devenu un hymne planétaire après avoir été repris par Beyoncé en 2014 dans son titre Flawless.

Par Giulia Andreani

Une peinture précise comme de la BD, des personnages en colère, une œuvre monochrome dans des variations de gris. Giulia Andreani, née à Venise en 1985, est une artiste irrévérencieuse, dont la force est de faire fi de toute idéologie.

Ses œuvres sont le fruit d’un long processus, qui trouve sa source dans les images d’archives, la littérature allemande et l’histoire de l’Europe depuis la montée des dictatures jusqu’à la Guerre froide. Sa peinture sonde l’Histoire, sans a priori.

Giulia Andreani sait à la fois montrer son engagement féministe et une ironie distanciée face à ce qui peut apparaître parfois comme une simple posture sociale.

CAUSE : LA FÉDÉRATION GAMS, association pour l’abolition des mutilations sexuelles féminines et des mariages forcé.

FR